Projet de décret gouvernemental portant fixation du code de conduite des forces de sécurité intérieure relevant du ministère de l’intérieur. (Ministère de l'Intérieur)

Durée de soumission

Ven, 25/11/2016 - Sam, 24/12/2016

Commentaires

Commentaires CCFSI article 41

الفصل 41 : الملاحظة نفسها بشأن كلمة "هيبة" كما في الفصل 6.

Commentaires CCFSI article 37

الفصل 37 : حذف "و تجنّب النقاشات التي لا طائل منها" لأن المعنى حاصل بكلمة "الاقتضاب".

Commentaires CCFSI article 34

الفصل 34 : إضافة "المهاجرين" قبل "المهاجرين العابرين".

Commentaires CCFSI Chapitre 4

العنوان الربع : إضافة باب جديد حول "السلوك أثناء المظاهرات و الاحتجاجات السلمية" ينص خاصة على تيسير الاحتجاجات السلمية بتمكين المحتجين من الوصول إلى الأماكن العامة و حمايتهم بلا تمييز من أي شكل من أشـكال التهديـد و المضايقة....

Commentaires CCFSI article11

الفصل 11 : هناك اختلاف كبير بين النص العربي و ترجمته الفرنسية فيما يتعلق بالمسؤولية الكاملة عن التنفيذ، لذا يتعين توضيح المقصود من الجملة الأخيرة من هذا الفصل و التنصيص صراحة على إمكانية "الاستنكاف الضميري" (objection de conscience) إذا كان هذا هو المقصود.

Commentaires CCFSI article 7

الفصل 7 : 3. المهنية وسرعة الاستجابة : يُقترح تقديم "تلبية نداءات الاستغاثة بالسرعة المطلوبة" على "أداء مهامهم بحرفية" نظرا لأهمية الواجب الأول و نظرا كذلك لعلاقة "تحصيل المعارف و المهارات..." بالواجب الثاني أكثر من الأول.
الفصل 7 : 6. الحياد و عدم التمييز : إضافة "في كنف الحياد" بعد "يقوم الأمنيون بمهامهم" و إضافة "وأعراقهم" بعد "و أصولهم".

Commentaires CCFSI article 6

الفصل 6 : 5 صون سمعة السلك والمؤسسة الأمنية : إن كلمة "هيبة" تتضمن وجوبا الرهبة والخوف وهو ما لا ينبغي أن تقوم عليه علاقة المواطن بالأمنيين. لذلك يُقترح تعويضها بـكلمة "سمعة" كما هو في العنوان، مع وضرورة إضافة "المؤسسة الأمنية" و"بالإلتزام بهذه المدونة" قبل "إعطاء المثل...".

Commentaires CCFSI article 6

الفصل 6 : 1 ترسيخ سيادة القانون : تعويض كلمة "طاعة" بكلمة "احترام" أو "تطبيق"، نظرا للشحنة الدينية والاجتماعية لكلمة "الطاعة".
الفصل 6 : 3 احترام الحقوق والحريات العامة والفردية : تعويض عبارة "التي نص عليها الدستور والمواثيق الدولية ذات الصلة" بـ"التي نص عليها الدستور والقوانين الجارية والمعاهدات الدولية والإقليمية المصادق عليها من قبل الجمهورية التونسية والمعايير الدولية والممارسات المحمودة ذات الصلة".

Commentaires CCFSI article 5

الفصل 5 أعمال الفساد : حذف كلمة "سوء" في بداية الجملة لأن استخدام السلطة للحصول على منفعة شخصية هو فساد سواء كان الاستعمال حسنا أو سيئا. كما يتعين إضافة "أو للغير" بعد "منفعة شخصية".

Commentaires CCFSI article 4

الفصل 4 : إعادة صياغة الجملة الأولى لإزالة اللبس وذلك على النحو التالي "إنّ احترام أحكام المدونة والحرص على حسن تطبيقها واجب على كل أعوان قوات الأمن الداخلي التابعين لوزارة الداخلية".
الفصل 4 : الجملة الثانية : تعويض "سلطاتهم العليا" بـ "رؤسائهم المباشرين ثمّ إلى سلطاتهم العليا".

Commentaires CCFSI article 2

الفصل 2 : إضافة "الحياد" بعد "احترام حقوق الانسان والحريات الأساسية" تماشيا مع الفصل 19 من الدستور.
الفصل 2 : إضافة "والإقليمية المصادق عليها من قبل الجمهورية التونسية" بعد "أحكام الدستور والمعاهدات الدولية".
الفصل 2 : ضرورة توضيح المقصود بـ "مجموعة المبادئ المتعلقة بمجال إنفاذ القوانين".

Commentaires CCFSI Introduction

التوطئة : حذف الإشارة إلى المرسوم عدد 5 لسنة 2001 (الفقرة 11) باعتبار أن الأمر 552 لسنة 2011 عوّضه وألغاه (الفقرة 16).
ويُقترح تعويضها بإشارة إلى قانون المصادقة على اتفاقية حماية جميع الأشخاص من الاختفاء القسري.

Article 48 du Code de conduite des forces de sécurité intérieure

Il existe une incompatibilité dans l’inclusion d’une nouvelle structure « sécuritaire » de redevabilité au sein du Ministère qui n’est pas en mesure de juger avec équité les fautes des sécuritaires et mettrait en péril le respect des principes posés par le code de déontologie.
Il en découle qu’un contrôle externe intègre et impartial est nécessaire pour examiner les comportements fautifs des forces de sécurité intérieure, dont les conséquences sur le respect des droits et des libertés des citoyens peuvent affaiblir la confiance dans la démocratie et l’Etat de droit. La modification de l’article 48 ne peut que contribuer de manière positive au renforcement de la mission de la commission.

Article 48 du Code de conduite des forces de sécurité intérieure

Les organes de contrôle interne veillent à assurer la bonne « réputation » de l’institution et considèrent le manquement des agents comme un fait isolé qui ne représente pas le ministère. Le ministère dénonce ces agissements et ordonne l’ouverture des enquêtes qui restent souvent sans suite. Les dénonciations soumises aux structures internes risquent, par ailleurs, de se transformer en accusations de calomnies.
Parallèlement, il convient d’ajouter les pressions auxquelles les structures internes du contrôle sont confrontées, ce qui entrave davantage les poursuites et les enquêtes qui peuvent être engagées.

Article 48 du Code de conduite des forces de sécurité intérieure

La Tunisie veut se doter d’une nouvelle politique sécuritaire qui repose sur une conception de la républicaine au service du citoyen et de l’intérêt général, telle que prévue par les articles 15 et 19 de la Constitution tunisienne du 27 janvier 2014.
En conséquence, une politique qui vise à améliorer les relations entre les forces de sécurité et les citoyens et instaurer un climat de confiance doit convaincre les citoyens des capacités et du professionnalisme des Forces de Sécurité Intérieure (« Réforme du secteur de la sécurité en Tunisie (Diagnostic – Axes de la réforme – Priorités) », Dossier de passation gouvernemental, Août 2016)

Article 48 du Code de conduite des forces de sécurité intérieure

Les mécanismes du contrôle interne reçoivent des réclamations auxquelles ils donnent suite. Toutefois, Le manque de transparence quant au suivi des réclamations et la révélation des résultats des enquêtes engagées a créé un climat d’impunité qui peut favoriser la violation des droits de l’Homme par les forces de sécurité. Par conséquent la mise en place d’une structure externe chargée du contrôle du respect de la déontologie sécuritaire constitue un recours utile, plus proche et plus accessible aux citoyens.

Article 48 du Code de conduite des forces de sécurité intérieure

La création de la commission prévue par l'art. 48 par une loi, texte légal hiérarchiquement supérieur au décret gouvernemental, marque symboliquement l’intérêt que porte le gouvernement dans son ensemble au contrôle de la déontologie des Forces de Sécurité Intérieure. A terme, cela renforcera la confiance de la population dans des FSI respectueuses de la légalité, des droits et des libertés et par conséquent, dans l’administration publique.

Article 48 du Code de conduite des forces de sécurité intérieure

La nature des pouvoirs de la commission exige qu’elle soit placée en dehors du pouvoir exécutif et qu’elle soit en mesure d’exercer un contrôle externe sans se substituer aux juridictions ou aux organes disciplinaires. Cela ne peut être garanti que par l’adoption d’une loi. Cette commission est indépendante et n’est, dès lors, soumise à aucun pouvoir hiérarchique et a aucune influence, elle agit au nom et au compte de l’État. Elle n’a dès lors pas vocation à empiéter sur les pouvoir disciplinaire ou juridictionnel. Les missions et les principes relatifs à la mise en place de la commission esquissent le contour d’une commission jouissant d’un statut d’une autorité administrative indépendante à l'instar de la HAICA.

En vue d’assurer sa mission

En vue d’assurer sa mission, la future commission de déontologie doit bénéficier de l’indépendance et de l’impartialité. L’indépendance lui sera garantie par des moyens budgétaires et humains essentiels pour son fonctionnement, ainsi que par sa composition et les pouvoirs accordés à son Président.
Quant à l’impartialité, cette commission doit échapper à toute hiérarchie et se détacher de toute influence et instruction de la part de l’exécutif. Cette commission sera investie de certains pouvoirs parmi lesquels : contrôler le respect des obligations par les intervenants dans le secteur de la sécurité, protéger les droits et les libertés, reconnaitre des réclamations faites suite à des violations du code déontologique et de rendre publics des faits et des comportements contraires à la bonne conduite.

Code de conduite des forces de sécurité intérieure

Nous souhaitons proposer la modification de l’article 48, qui est libellé comme suit :
Art. 48. Sont fixés par décret gouvernemental la composition, prérogatives, méthodes de travail et organisation administrative et financière de la commission de déontologie sécuritaire.
Cette proposition est faite en vue de garantir l’adoption par une loi pour la création et la mise en place de la commission de déontologie sécuritaire et ce, pour les raisons qui suivent.

ملاحظة ختامية

6) ص9 : - أعتقد أنّه، في خصوص اختيار الوسيلة الأنسب عند التّعامل مع الأطفال، يعود الأمر للقضاء.
- محلّ نزاع مع القانون = جانحين.
7) ص 01 : اللّباقة أو اللّياقة؟
ملاحظة ختامية : قد يكون من المفيد التّأكيد على واجب الحرص على التّكوين خاصّة في خصوص المسائل البسيكولوجية و اللّغات.

مبادئ و قيم

3) ص 4 : - في مبادئ و قيم العمل الأمني ← في مبادئ العمل الأمني و قيمه.
- "طاعة القانون" غير مستعملة. الأحسن أن نقول "احترام القانون" أو" الامتثال للقانون".
4) ص 7 : - تمّ استعمال عبارة "المشروعية" ثمّ عبارة "الشرعية": المعنيان مختلفان.
- عبارة "المراقبات التّرتيبية" غير مستعملة.
5) ص 8 : عند الحديث عن الضّمانات، قد يكون من المفيد أن نذكر، بصفة خاصّة، الحقّ في حضور المحامي.

Code de conduite fsi

1) عبارة الأمن الجمهوري يكتنفها الغموض و تحيل على مفهوم سياسي. هل يمكن أن نقول أنّ الأمن في النّظام الملكي (مثل المملكة المتّحدة) هو أقلّ قيمة من الأمن في النّظام الجمهوري ؟ إذا كان المقصود هو "أمن وطني" فهذه العبارة تفي بالحاجة.
2) ص 3 : عند الحديث عن التّعذيب، عبارة "شخص ثالث" غير مستعملة. الأحسن أن نقول "شخص آخر" بمعنى الغير.

Ethique ou déontologie

A la lecture du projet du code de conduite des forces de sécurité intérieure, il n'est pas clair s'il s'agit d'un code éthique ou déontologie. Il aurait été préférable de séparer le volet relatif aux principes et valeurs du travail sécuritaire dans un code éthique à part.

Observations

- Le projet de décret s'est appuyé sur des textes qui sont en cours de modification et qui doivent être pris en considération avant la promulgation finale.
- Les définitions insérées dans l'article 5 peuvent être supprimées car elles ne sont pas beaucoup utilisées dans les autres articles.
- La définition de la garde à vue n'est plus en vigueur après l'amendement du code de procédures pénales de 2016.
- Le code a un caractère obligatoire et focalisé un peu trop sur les obligations des forces de sécurité en négligeant leurs droits.
- le travail syndical des forces de l'ordre est négligé surtout en ce qui concerne la liberté d'expression dans le volet des règles de communication.

Avis

Ce code de conduite comporte des éthiques et des valeurs qui devront être assimilées et intégrées par les agents du ministère de l’Intérieur. C'est important pour que les forces de sécurité puissent effectuer leur travail conformément aux principes de la constitution.